LCA - Le lac de Reghaïa sérieusement menacé

ص: أرشيف

Classé «Site Ramsar d’importance internationale»

Le lac de Reghaïa sérieusement menacé

Par:  Reda Hadi

Sarcelle, flamant, renard famélique et autre loups et dorades évoluant habituellement dans la réserve naturelle de Réghaïa (est d’Alger), sont directement menacés par une urbanisation envahissante et incontrôlée et par les rejets d’eaux toxiques déversées par des unités industrielles dans les oueds alimentant le lac éponyme.


Classé «Site Ramsar d’importance internationale», l’objectif de la convention de Ramsar ratifiée en 1971 en Iran est d’enrayer la tendance à la disparition des zones humides, de favoriser leur conservation, ainsi que celle de leur flore et de leur faune et de promouvoir et favoriser leur utilisation rationnelle. Depuis juin 2003, la zone humide de Réghaïa et son lac de 75 hectares de superficie sont de plus en plus souillés par les rejets industriels et domestiques.

La détérioration continue de la qualité de l’eau du lac, en raison des déversements de matières solides, chimiques et d’eaux usées des villes, menace de disparition plusieurs espèces animales et végétales protégées, et constitue une grande inquiétude, selon la direction du centre cynégétique de Réghaïa.

Les riverains de cette étendue d’eau se plaignent d’odeurs nauséabondes et souffrent de maladies respiratoires. S’ajoute à cela le problème des moustiques qui envahissent les alentours et au calvaire que vit cette population. De l’avis de certains écologistes, le lac de Reghaïa a une vocation scientifique et non récréative. D’où sa fermeture aux familles et au large public. Toutefois, il est censé être ouvert aux chercheurs, aux scientifiques ainsi qu’aux différentes visites guidées des écoliers et des associations. Lorsqu’il s’agit d’un nombre réduit de visiteurs, des guides devraient être présents sur les lieux pour leur faire visiter le site. Sa fréquentation doit être étudiée.

Pourtant dans les faits, ce lac est devenu une sorte de gangrène qui pollue la vie des habitants Reghaïa et de Rouiba. Une situation encore aggravée par l’incivisme de certains citoyens qui utilisent les abords de ce lac comme un dépotoir à ordures.

Les pouvoirs publics ne sont pas restés sourds aux sollicitations de citoyens, puisqu’en juin de cette année, la direction de l'environnement de la wilaya d'Alger a procédé au lancement d'une étude pour la réhabilitation et la protection du lac de Reghaïa suite à la grande détérioration que connaît cette réserve naturelle.

Le wali d’Alger, quant à lui, assure que des procédures de protection de l’environnement sont déjà appliquées par certaines entreprises qui utilisent un système d’épuration de leurs eaux usées. Selon le wali, ce sont donc 54 entreprises qui ont recours à des systèmes d’épuration, et plus de 200 unités industrielles sont recensées dans la région dont une cinquantaine jette leurs déchets directement dans le lac. C’est dans ce cadre que la direction de l'environnement a procédé à la mise en place d'une commission de wilaya qui a inspecté 80 entreprises dont 35 unités qui émettent des déchets liquides, recensées au niveau des régions industrielles de Rouiba, Reghaïa et Oued S'mar outre des visites d'inspection aux régions d'activité dans les communes de Ouled Chbel, Tessala El-Mardja, Eucalyptus, Baraki et Sidi Moussa.

C’est un problème majeur pour la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, qui devra y prêter une attention toute particulière.

Lu 230 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Le Pr Mebtoul avance dix raisons

Un baril du pétrole à 60 dollars

Le Pr Mebtoul avance dix raisons

Le maire aura le rôle d’un manager

Projet de loi portant code communal

Le maire aura le rôle d’un manager

Les députés font-ils du «Macronisme» ?

Suppression de l’impôt sur la fortune

Les députés font-ils du «Macronisme» ?

La pomme de terre reste toujours inabordable

Stockée ou déstockée

La pomme de terre reste toujours inabordable

Le vote électronique retardé jusqu'à 2022

Faute de cartes d'identité biométriques

Le vote électronique retardé jusqu'à 2022

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Soupçonné d’avoir piraté le système d'information d'Algérie Télécom

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Même croissante, rien n’est encore acquis

Coopération algéro-française

Même croissante, rien n’est encore acquis

L'Algérie a franchi de «grands pas»

Développement et protection sociale

L'Algérie a franchi de «grands pas»

936 projets touristiques pas encore lancés

Sur 1 800 retenus au niveau national

936 projets touristiques pas encore lancés